Le Réseau

L’engouement lié à l’utilisation de produits naturels issus en particulier de plantes à parfums, aromatiques et médicinales (PPAM) a remis sur le devant de la scène de multiples pratiques longtemps discréditées par l’essor de la chimie et/ou les valeurs de la « modernité ». Des activités anciennes, comme la cueillette ou le glanage, connaissent un renouveau, alors que la société, dans un « retour au naturel » et une quête de formes alternatives de consommation, est en attente de produits, de plantes, de végétaux un temps délaissés ou partiellement oubliés, souvent réappropriés sous une forme innovante. Nous nous intéressons à ces plantes – sauvages et cultivées – et à ces pratiques, qui ont été marginalisées mais qui ont continué à exister dans l’ombre et/ou qui émergent de nouveau. Elles ont pris aujourd’hui une telle ampleur que la question de la durabilité des ressources végétales mises en jeu se pose. Cela nous amène à interroger les modalités et le sens de ce retour au végétal, à observer les pratiques (récolte, transformations, usages) liées à ces plantes, et à questionner les contextes socio-économiques, politiques, culturels et écosystémiques dans lesquels ces pratiques se développent.

Le réseau a pour vocation de réunir des chercheur.es en sciences humaines et sociales qui ont en commun d’étudier les pratiques et enjeux attachés à ces plantes et à leurs diverses utilisations, en particulier celles liées à la santé et au bien-être. Les objets considérés seront principalement ceux du monde végétal, notamment les plantes à parfum, aromatiques et médicinales, mais également les fruits ou les racines alimentaires, et tout autre produit végétal pouvant s’inscrire dans un contexte de cueillette. L’objectif du réseau consiste à analyser les dynamiques et les enjeux, qu’ils soient sociaux, spatiaux, écologiques, économiques, politiques, culturels ou symboliques, liés aux formes d’appropriation des plantes et aux usages des éléments naturels prélevés.

Plusieurs entrées thématiques permettent de travailler sur ces évolutions et questions :

  • Les savoirs sur les plantes, leurs usages et leurs circulations, traités non pas dans leur dimension ethno-pharmacologique, mais pour les questionnements qu’ils soulèvent en termes de production, d’échanges, de transmission et de diffusion, mais aussi de reconnaissance, de réglementations et de risques.  Les mobilités humaines et les besoins qu’elles engendrent interrogent également les trajectoires suivies par les plantes.
  • Les pratiques liées à la cueillette et à la culture de ces plantes, les savoir-faire à l’œuvre, la question de leur professionnalisation, les formes de combinaison entre cueillette et culture et la dimension alternative et/ou innovante de ces configurations dans le contexte de transition écologique, ainsi que leur légitimité et leur légalité.
  • Les écologies de la cueillette, les territoires et les paysages associés, incluant l’histoire des terroirs, les relations à l’environnement, les enjeux de biodiversité, de communs et de gestion des milieux, les démarches de patrimonialisation bioculturelle et de marketing territorial, et la question de la réappropriation des territoires et des écosystèmes dégradés.
  • Le rapport sensible aux plantes, dans ce qu’il dit des ontologies de la nature, du dialogue qui se crée entre l’humain et le non-humain, de l’importance des gestes, des interactions et de la pratique, alors que se redéfinit, de manière parfois idéalisée, la relation de l’homme à la nature, et qu’en parallèle peut être recherchée une certaine normalisation des pratiques.
  • Les trajectoires et stratégies des acteurs investis dans le système socio-technique autour des plantes, interrogés dans leurs relations, leurs parcours de vie, leur statut, leurs discours et les valeurs qui les animent, en regard des rapports de genre et de pouvoir, des obstacles rencontrés et des situations conflictuelles, mais également à la lumière du projet de société qu’ils souhaitent ou contribuent à construire.
  • Les économies liées aux plantes et à la cueillette, analysées par les ambivalences qui les caractérisent entre formel et informel, entre économie de marché et économie de subsistance, par des études de filières et chaînes de valeurs des produits, et la déconstruction nécessaire du cadre politique et institutionnel dans lequel elles se placent.
  • Les régulations qui se retrouvent en filigrane de toutes les autres thématiques, pour ce qui concerne la propriété intellectuelle, l’aménagement des espaces, les questions de propriété du foncier et du vivant, de droits coutumiers, les enjeux politiques de contrôle sur les plantes et leurs usages.
  • Les pratiques et objets « frontières », auxquels il est utile d’apporter une attention particulière, à savoir les plantes tinctoriales, textiles et ornementales, champignons, mousses, algues, etc. dont les logiques d’approvisionnement et d’usages croisent celles des PAM et plantes alimentaires sauvages plus spécifiquement visées par le réseau.

Dans un contexte de crise de notre modèle de développement que nous considérons aux côtés d’autres scientifiques et acteurs de la société civile comme destructeur de l’environnement et source d’inégalités, il nous semble important de nous réunir autour de ces thématiques où plantes et végétaux sont revalorisés pour leur « naturalité », pour leurs bienfaits et pour leur utilité sociale et symbolique, au cœur de réseaux économiques et d’enjeux politiques qu’il faut dès lors interroger.

Ce réseau met en connexion des chercheur.es en SHS d’horizons différents, afin d’enrichir et d’affiner les réflexions sur ces objets et de développer des collaborations de recherche. Sa dynamique repose sur des rencontres (séminaire annuel et journées d’étude), une plateforme d’échanges d’informations, une mise en commun de références bibliographiques, et, sur le moyen terme, des projets collectifs de recherche et de publication. Le réseau s’organisera pour devenir un interlocuteur des partenaires institutionnels et associatifs sur ses thématiques de recherche.

Coordinatrices du réseau :

  •  Audrey Bochaton, maître de conférences en géographie, UMR 7533 LADYSS, Université Paris Nanterre – abochaton@gmail.com
  • Lucie Dejouhanet, maître de conférences en géographie, AIHP-GEODE EA 929, Université des Antilles – lucie.dejouhanet@gmail.com
  • Priscilla Parard, consultante en santé environnement, Coopaname – pparard@tetrafolia.com
  • Florence Pinton, professeure en sociologie, UMR SADAPT (équipe Proximités), AgroParisTech, Université de Paris-Saclay – florence.pinton@agroparistech.fr

Pour nous contacter : plantescueillettes.coord@gmail.com

Pour vous inscrire à la liste de diffusion, suivez ce lien